Auris Solutions : Cabinet de Conseil en Stratégie Numérique

La dématérialisation informatique et les PME / TPE

Peut-être avez-vous entendu ces derniers temps une publicité où une petite fille explique à son papa DSI qui est encore rentré tard ce soir à cause de la clim’ de la salle informatique en panne, que le papa de son copain, lui, rentre toujours à l’heure parce qu’il a dématérialisé son informatique ?

Cette publicité est très révélatrice de la montée en puissance de la dématérialisation (ce qui va de l’outsourcing cité en filigrane ici, au SaaS) : ce marché, malgré la crise est en croissance rapide et les analystes s’attendent à ce qu’il atteigne sa vitesse de croisière vers 2011. Les chiffres du Gartner sont d’ailleurs éloquents (cf. tableau ci-dessous).

Dans ce tableau, les 7,5 milliarmarche SaaS 2009ds de dollar du SaaS en 2009 sont à relativiser avec les 60 milliards de dollar de CA du leader Microsoft ; mais si ces 60 milliards sont encore issus du logiciel, Microsoft a largement annoncé son passage au mode SaaS / cloud computing pour les années à venir avec en particulier le lancement de sa plate-forme Azure.
Les applications qui sont actuellement moteur sur le passage au mode SaaS sont la gestion de la relation client (GRC / CRM) et les logiciels intégrant différentes fonctions de l’entreprise (ERP).

Mais si les offres publicitaires actuelles semblent cibler en priorité les grosses informatiques (le « papa DSI« ), qu’en est-il des PME et TPE ?

Les retours d’expérience d’Auris Solutions montrent qu’en fait, les premiers bénéficiaires de cette (r)évolution informatique, devraient d’abord être les PME/TPE, ou plus précisément, toutes les sociétés dont l’investissement informatique représente une part sensible de la capitalisation. Pourquoi ?

La mise en place d’une « petite informatique » fournissant des services aux fonctionnalités correctes du point de vue métier (a minima gestion des plannings, RH, GRC, mail, site internet, et souvent stock) et sécurisée du point de vue de l’exploitation, atteint sans difficultés 5000 euros, auxquels il faudra naturellement ajouter le coût d’exploitation, soit en salaire direct si on embauche un informaticien, soit en temps pris sur autre chose. Or si l’on considère le « gros de la troupe des TPE » (artisans, professions libérales, nouvelles entreprises), ceci risque rapidement de représenter plus de 50% du capital, investissement qu’il faudra renouveler régulièrement.

Or, le mode SaaS permet non seulement pour ces entreprises de disposer des mêmes services, mais bien souvent de services supérieurs en fonctionnalités, qualité et sécurité. Et ceci est encore plus vrai lorsque l’informatique est une fonction stratégique de l’entreprise ou qu’elle est la seule à pouvoir fournir des services corrects à une fonction stratégique de l’entreprise.
Clairement, la bonne solution pour ces entreprises est le SaaS.

Cependant, le passage à l’acte est-il si évident ? En fait non, et il y a plusieurs raisons à cela :

  • d’abord la solution était nouvelle, elle est mal connue,
  • la solution pour être parfaitement maîtrisée, doit passer par une phase de conseil qui, d’une part n’est absolument pas dans les habitudes de ces petites entreprises, et d’autre part a un coût qu’il faut réussir à justifier : les missions les plus simples coûtent au moins 3000 euros et une mission moyenne pour la mise en place d’un SI dématérialisé d’une PME de type industriel arrive aux environs de 10000 euros. Ceci peut être rentabilisé en un an et par des modes de facturation spécifiques, mais le coût de départ en conseil peut laisser croire qu’il annule l’argument du coût prohibitif de l’investissement informatique.
  • mais l’argument le plus puissant est sans doute d’ordre culturel : nous sommes formatés pour vivre dans un environnement physique que nous possédons, alors que la dématérialisation vise à créer un environnement de services auxquels nous nous abonnons. Et même si cet environnement est plus sécurisé, plus performant et moins coûteux dans les faits, notre formatage nous ramène à l’idée contraire.
  • enfin, il existe quelques cas où une entreprise ne doit pas ou ne peut pas être dématérialisée.

Alors, que doivent faire les TPE/PME ? La réponse décisive est, hélas, lapidaire. Pour les entreprises sur lesquelles nous avons pu travailler, la dématérialisation offre un avantage concurrentiel décisif car deux entreprises « jumelles », l’une dématérialisée et l’autre classique, ne se battent absolument pas avec les mêmes armes, et si elles se retrouvent en situation de concurrence exacerbée l’une avec l’autre, à produit égal, l’une va concourir dans une voiture lui permettant de rouler sereinement alors que pour l’autre il restera dès le départ peu d’argent pour faire le plein, ce qui a toutes les chances de condamner la seconde à moyenne échéance.

Philippe Ris fondateur d'Auris SolutionsPhilippe RIS,
fondateur d’@uris Solutions

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


_____________


Avant d'être uberisé,
apprenez à décoder les

17 règles de l'économie numérique


Catégories

Nous respectons la RGPD